Dimension interculturelle de l’ Être, une difficulté pour le coach ?

L’interculturalité est d’abord un signe d’ouverture, si l’aspect multiple est considéré comme un atout, et valorisé comme tel !

Est-ce que pour autant cette démarche est naturelle ?

Le coach accompagne son client DANS ses différences, le coach accompagne son client AVEC ses propres différences.

L’exigence du métier, la supervision le cas échéant doivent permettre au coach lui-même d’être au clair dans son propre environnement, et donc d’identifier « les vents portants » ou les « vents contraires » qui l’habitent, au risque de vivre une tempête intérieure qui pourra nuire à sa santé, et bien sûr constituer un blocage dans son propre métier d’accompagnement.

Entre interfaces culturelles et recentrage de valeurs qui parfois s’entrechoquent, comment être à l’écoute du client ?

Le coach doit prendre le temps et les moyens d’un recul, pour être sur de garantir à son client la neutralité, le non jugement et l’ouverture qu’il mérite.

Nous savons que le monde se complexifie et rend sa compréhension plus difficile, du fait même de sa dimension interculturelle. Le coach doit être en mesure de garantir sa capacité à intégrer les différences, et à rester centré sur la dimension humaine individuelle et multiple de l’Être, pour accompagner son propre développement, l’affirmation de son autonomie.

Laisser un commentaire